Né en 17 à Leidenstadt

Chanson


En 1990, ado, j’étais déjà fan de Jean-Jacques Goldman (comme beaucoup à cette époque-là et depuis). J’ai donc acheté un CD intitulé Fredericks-Goldman-Jones qui m’a beaucoup touché et dont l’une des chansons m’est revenue à l’esprit récemment. 

Elle s’appelle « Né en 17 à Leidenstadt » et elle est chantée par Carol Fredericks, Jean-Jacques Goldman et Michael Jones.

En voici les paroles :

Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d’un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j’avais été allemand ?
Bercé d’humiliation, de haine et d’ignorance
Nourri de rêves de revanche
Aurais-je été de ces improbables consciences
Larmes au milieu d’un torrent ?
Si j’avais grandi dans les docklands de Belfast
Soldat d’une foi, d’une caste
Aurais-je eu la force envers et contre les miens
De trahir, tendre une main ? 
Si j’étais née blanche et riche à Johannesburg
Entre le pouvoir et la peur
Aurais-je entendu ces cris portés par le vent
Rien ne sera comme avant ? 
On saura jamais c’qu’on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L’âme d’un brave ou d’un complice ou d’un bourreau ?
Ou le pire ou le plus beau ?
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d’un troupeau
S’il fallait plus que des mots ? 
Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d’un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j’avais été allemand ?
Et qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D’avoir à choisir un camp

Les paroles me touchent beaucoup parce qu’elles évoquent les actions de personnes ordinaires dans les situations de guerre ou d’oppression. 
Mes parents on vécu ça lorsqu'ils étaient jeunes, et c'est hélas un sujet toujours d’actualité dans un monde où il semble plus facile de voir ce qui nous divise que ce qui nous unit…

Si...

Bref. Étant maintenant prof de français, j’ai pensé que cette chanson serait utile à ceux qui étudient ou révisent les structures en ‘si’ :

1) Si + présent, futur           
→  l’action est possible et probable

2) Si + imparfait, conditionnel   
→ l’action est probable mais il y a un doute sur sa réalisation

3) Si +plus-que-parfait,  conditionnel passé   
→ l’action est passée donc impossible, c’est donc hypothétique


Exemple

      1) Si j’ai le temps, je le ferai.     
= J’aurai probablement le temps donc il y a de bonnes chances que je t’aide.

2)  Si j’avais le temps, je t’aiderai.
=  cette phrase sera  probablement suivie de « mais hélas je doute avoir le temps » donc possible mais pas sûr du tout

3)   Si j’avais eu le temps, je t’aurai aidé(e).
= Je n’ai pas eu le temps, donc je ne t’ai pas aidée, mais j’aurais aimé t’aider.

Dans la chanson, les auteurs parlent de situations hypothétiques donc ils utilisent la structure numéro 3 :  Si + plus-que-parfait, conditionnel passé  


P.S.

Dans les deux dernières lignes :
Et qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps 
D’avoir à choisir un camp

le verbe épargner ("to spare") est au subjonctif car il exprime un souhait.


Merci

Merci aux trois chanteurs dont les paroles et la musique continuent à m’émouvoir et à me faire réfléchir…


Merci à Jean-Jacques Goldman d’avoir partagé les paroles ici : https://jjgoldman.net/jean-jacques-goldman/chansons/ne-en-17-a-leidenstadt/


Les auteurs 

Hélas, Carole Fredericks est décédée en 2001 mais vous pourrez découvrir cette chanteuse exceptionnelle ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carole_Fredericks

Jean-Jacques Goldman habite apparemment maintenant  à Londres (hi there, fellow immigrant !). Vous trouverez toute son œuvre ici : https://jjgoldman.net/

Michael Jones sera en TOURNÉE dans toute la FRANCE ainsi qu'en BELGIQUE et en SUISSE en 2017 ! http://www.michael-jones.net/



« Et qu’on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps

D’avoir à choisir un camp »

Structures verbales

Au fur et à mesure de mes cours hebdomadaires, je note les types d’erreurs qui reviennent d’un élève à l’autre. Donc, au fil de mes billets de blog, je vais essayer de partager ces fautes afin que vous puissiez les éviter.

Aujourd’hui, j’aimerais parler des structures verbales.

En général, quand on commence à apprendre une langue, on apprend comme ça : 1 mot anglais = 1 mot français. Par exemple : phone = téléphoner ; watch = regarder

C’est problématique parce que..
…d’abord, on ne sait pas vraiment de quoi on parle. 
Par exemple:
   phone :
1)      a phone -> c’est un nom = un téléphone
2)      to phone -> c’est un verbe = téléphoner
   watch :
1)      a watch -> c’est un nom = une montre ; une surveillance …
2)      to watch -> c’est un verbe = regarder ; surveiller…

… ensuite, pour les verbes, on ne sait pas s’il faut ajouter une préposition (ex. : de, à, pour, avec…) 
ou pas ; parce que d’une langue à l’autre, certaines fois les verbes se comportent de la même manière et d’autres fois, pas du tout :

1)      to phone someone about something = téléphoner à quelqu’un au sujet de quelque chose
2)      to watch something = regarder qch

Bref, mon message est le suivant : quand vous apprenez / révisez un  verbe, vous devez apprendre / réviser la structure en entier.
Pour vous aider, j’ai commencé à faire une liste de structures verbales françaises : http://ow.ly/lDRm309PLMZ

Ce n’est qu’un début, et vous pouvez tous y contribuer en ajoutant dans la colonne intitulée « Suggestions » les verbes que vous voulez que j’y ajoute.

J’ai décidé de ne pas ajouter les sens ; je vous laisse le soin de les découvrir ou de me poser des questions si besoin est.

Construisons votre savoir ensemble !


Vocabulaire :
au fur et à mesure = as one goes along ; along the way
hebdomadaire = weekly
revenir = to reoccur
afin que = so that
se comporter = to behave
de la même manière = in the same way
bref = anyway ; to sum things up
en entier = complete(ly) ; entire(ly)
ne … que = only

Blanche Hermine

Ce dimanche, j’ai appris un nouveau mot : fangeux

Cet adjectif vient du1 mot fange qui veut dire2 « boue3 épaisse4 », donc dans la phrase5 que j’ai lue, « un ruisseau6 fangeux » est un ruisseau dans lequel7 il y a de la boue épaisse.

Contexte : on était chez des amis qui s’y connaissent en bière (Coucou Roger, Jackie et Merlin !) et j’ai goûté une délicieuse bière bretonne de la brasserie Lancelot qui s’appelle « Blanche Hermine ». Sur l’étiquette de la bouteille figurait une jolie histoire dans laquelle un ruisseau était décrit comme étant9 « fangeux ».
Bière "Blanche Hermine" de la brasserie Lancelot


Je suis (je l’admets !) amatrice de bières, et celle-ci figure désormais10 parmi mes préférées. Elle est vraiment belle et blonde et son goût est assez subtil. Il me tarde de la réessayer en été quand il fera plus chaud.

Un petit mot sur la brasserie Lancelot : le 26 septembre dernier, a obtenu 5 récompenses au concours World Beer Awards 2016 à Norwich ! Pas mal, non !


Vocabulaire et commentaires
  1. « vient de » - verbe : venir de  = to come from
  2. « qui veut dire » - vouloir dire = to mean
  3. la boue = mud
  4. épais ; épaisse = thick
  5. la phrase = the sentence
  6. un ruisseau = a stream
  7. dans lequel = in which
  8. s’y connaissent en – expression : s’y connaître en = to know about ; to be knowledgeable
  9. décrit comme étant = described as being
  10. désormais = from now on ; from then on (check the tense of the verb to know which)
  11. quand il fera plus chaud  = when the weather is hotter ->  quand + future simple = when + present
  12. le 26 septembre dernier = on the 26th of last September

Traduction : "Your parcel will arrive tomorrow, I should think"

Aujourd’hui, une petite phrase en anglais m’a trotté dans la tête (= a occupé mes pensées) : "Your parcel will arrive tomorrow, I should think" (C’est une phrase que j’ai entendue une de mes amies dire au téléphone à un de ses clients.)

Comment traduire cette phrase en français ? Bonne question…

D’abord, éviter les faux-amis (vous savez, ces mots qui se ressemblent d’une langue à l’autre mais ont un sens très différent…) : a parcel = un colis tandis que une parcelle = une petite partie de terre / de terrain.

Ensuite, pour le your, rappelez-vous bien que dans un contexte professionnel on vouvoie (= on dit « vous ») le plus souvent les clients. (Sauf peut-être avec des élèves très relax ! ;) ) Donc pour le your, on dira votre.
Ici, on n’a pas à s’inquiéter du genre de colis parce qu’on utilise votre pour le masculin ET le féminin. Par contre, si on tutoyait (= on disait « tu ») la personne, on dirait ton colis car colis est masculin.

Bon, et will arrive alors ? Ah, exprimer le futur… (Coucou Simon avec qui on en a parlé cette semaine !). Bien que je dise souvent qu’on peut des fois utiliser le présent pour décrire une action future, ici je veux insister sur la quasi-certitude de l’arrivée du colis le lendemain. Donc, j’opte pour l’utilisation du futur simple.

Attention, piège : on ne traduit PAS le mot will ! En anglais, ce merveilleux petit mot est là pour exprimer le fait que l’action (le verbe) qui suit se déroule (= se passe) – ici arrive – dans le futur. Donc pour traduire will arrive, on prend le verbe qui convient en français – ici arriver – et on le met au futur simple : arrivera.

“tomorrow”  - « Là, c’est facile ! » me direz-vous… Oui, mais faites attention d’utiliser le bon mot. Rappel : hier = yesterday ; aujourd’hui = today ; demain = tomorrow. P.S. : défi : comment dit-on  “the day before yesterday” et “the day after tomorrow”? Écrivez-moi… ;)

Enfin ! La cerise sur le gâteau ! “I should think”
Ici, on serait tenté de traduire ça mot à mot… Non, non, non ! Revenons (= let’s get back to) au sens ! Quand on dit “I should think” on exprime le fait que c’est notre opinion et qu’il y a juste un tout petit doute. Pour cela, comme en anglais, je vais utiliser penser, comme ceci :

"Your parcel will arrive tomorrow, I should think" = «Je pense bien que votre colis arrivera demain.»

Et voilà! Naturellement, il n’y a pas qu’une seule façon de traduire cette phrase. Envoyez-moi la vôtre.

Mon conseil du jour (et de toujours !) : occupez-vous du sens et les mots suivront (= Look after the meaning and the words will follow !)


À bientôt !

Promenons-nous dans les bois...

Salut !

Aujourd’hui, comme il faisait un temps superbe ici à Cambridge, Stuart et moi sommes allés nous promener dans les bois. 

En se baladant, cette comptine m’est venue à l’esprit :


« Promenons-nous dans les bois,

pendant que le loup n’y est pas.

Si le loup y était,

il nous mangerait.

Mais comme il n’y est pas,

il nous mangera pas. »




Elle est intéressante pour plusieurs raisons.

D’abord, il existe des loups en France. 

Vous trouverez ici - http://ow.ly/I25N3098yAK - plus d’informations sur la présence de ce majestueux animal dans l’hexagone.


Ensuite, la prof en moi voit dans ce texte plein de richesses linguistiques.  

Suivez-moi donc pour une petite promenade linguistique…


« Promenons-nous dans les bois, » - impératif du verbe se promener. Inversion : verbe puis pronom personnel sujet avec un trait d’union entre les deux.

« pendant que le loup n’y est pas. » - pendant que est une conjonction intéressante.  y veut dire dans les bois
(Un petit coucou à Shirley, Diana et Paula qui ont bossé là-dessus cette semaine.)

« Si le loup y était, il nous mangerait. » - Tournure de phrase avec si + imparfait, conditionnel. Notez que, tandis qu’en anglais on peut dire “if… then…” , en français on ne dit pas « si…puis… » . La virgule (,) suffit.

« Mais comme il n’y est pas, » - Deux conjonctions intéressantes : mais et comme (=parce que ; car).

« il nous mangera pas. » - Dans la langue parlée de tous les jours, on abandonne souvent la première partie de la négation : le ne / n’.


Bon, voilà pour aujourd’hui. N’hésitez-pas à partager vos promenades avec moi.

Bon dimanche !
Agnès

Recette de Maman - Tarte aux légumes

Une tarte simple, rapide et bien délicieuse, qui se prête à plein de variantes


Pour 3 personnes
Préparation : 10 minutes
Cuisson : 30 minutes

Ustensiles de cuisine

  • du papier sulfurisé
  • un rouleau de cuisine (une bouteille en verre propre fait aussi très bien l’affaire !)
  • un couteau

    Ingrédients


    1. de la pâte brisée achetée dans le commerce
    2. de la sauce tomates en tube
    3. des tranches de poivrons (de trois couleurs différentes, c’est plus joli)
    4. une tomate
    5. une courgette
    6. sel, poivre et herbes pour assaisonner (les herbes sont selon le goût de chacun)
    7. du gruyère, du chèvre ou du gouda (au goût de chacun)
    8. un filet d’huile d’olive

    Maman explique…

    J’ouvre la pâte brisée. Je farine une surface propre avant de l’étaler.
    Je mets la pâte sur la feuille de papier sulfurisé en faisant bien attention de laisser les rebords dépasser.
    Une fois la pâte étalée, je la place dans le moule et puis j’en pique délicatement le dessus avec une fourchette.

    Je coupe les poivrons de trois couleurs en lamelles.
    Je fais cuire les poivrons dans de l'eau jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
    Je rince les poivrons à l’eau froide et je les égoutte bien. Je les mets de côté.
    Je coupe la tomate et la courgette en rondelles.

    Je mets ensuite tous les légumes sur la pâte, puis j’ajoute les herbes de Provence, le poivre et je rappe le gruyère sur l’ensemble ou je mets des cubes d’autres fromages comme du fromage de chèvre ou du gouda.
    J’ajoute à cela un filet d’huile d’olive.


    Je mets le tout au four à 180 degrés C pendant 30 minutes environ (ça dépend du four).

    Truc


    Pour vérifier que la pâte est bien cuite, je la pique avec un couteau : si la pâte est cuite, je n’ai pas de pâte sur mon couteau.


    Suggestions


    J’aime accompagner cette tarte aux légumes d’une bonne salade.

    Bon appétit !

    Tarte aux Légumes de Françoise AUBERT

    Promenade dominicale - Sunday walk

    Aujourd’hui, quand je me suis levée il faisait beau. Le soleil emplissait le salon d’une lumière bienveillante et encourageante. Après un petit déjeuner sans se presser, mon compagnon et moi avons décidé de profiter du beau temps pour aller faire une bonne balade à la campagne.

    When I got up today, the weather was nice. The sun’s kind and encouraging light filled our sitting-room. After a leisurely breakfast, my partner and I decided to take advantage of the nice weather to go for a good long walk in the countryside.

    Après petit coup d’œil sur la carte IGN*, on a choisi un coin qu’on affectionne particulièrement parce-que le paysage est assez varié et on y trouve beaucoup de sentiers de randonnée. Il s’agit de la campagne autour du village d’Ashdon, qui se situe entre Saffron Walden et Haverhill, au sud-est de Cambridge et à environ 27 km de chez nous.

    After a quick look at the OS map* we chose an area which we particularly like because the landscape is quite varied and you can find lots of footpaths. This is the countryside around Ashdon, which is between Saffron Walden and Haverhill, south-east of Cambridge and about 27 km from our home.


    J’aime les villages dans cette région parce qu’il y a beaucoup de jolies maisons – chaumières, maisons à colombage, maison en belles briques rouges (mais différentes de celles de Toulouse où j’ai grandi**), etc. Je ne sais pas pourquoi, elles m’inspirent un mélange de tranquillité et de joie.

    I like the villages in this area because there a lot of pretty houses – thatched , timber-framed, pretty houses with red bricks (but different from the ones in Toulouse where I grew up**), etc. I don’t know why, but they fill me with a mixture of tranquillity and joy.



    Au sortir du village, notre promenade nous a menés à travers ce paysage gentiment vallonné,
    When we left the village, our walk led us through the gentle hills,



     le long de bois, dans la gadoue ("la gadoue, la gadoue !"***),
    along woods, through mud ("la gadoue, la gadoue !"***),



    à travers champs et le long de ruisseaux.
    through fields and along streams. 

    Poussés par le vent et suivant la course des nuages, nous nous sommes émerveillés de la couleur verte si vive des champs, de la vitesse de course du lièvre que nous avons rencontré, de  la beauté des perce-neiges, jonquilles, crocus et autres jolies fleurs qui jonchent les jardins, bois et bords de routes.
    Pushed by the wind and following the racing clouds, we marvelled at the colour of the fields, so vividly green, at the speed with which a hare we encountered was running, at the beauty of the blanket of the snowdrops, daffodils, crocuses and other pretty flowers in the gardens, the woods and along the roads.



    Nous avons rencontré quelques promeneurs sympathiques qui comme nous profitaient de ce dimanche de février, emmitouflés et ébouriffés à cause du vent qui soufflait sans retenue. Je me demande si, comme nous, ils ont verbalement refait le monde en se promenant ? Pour nous, de tels jours de grand vent chassent les idées noires et encouragent les expériences nouvelles et les idées ambitieuses.
    We met several nice walkers who, like us, were taking advantage of this February Sunday, all wrapped up and rufflbe-haired because of the wind that blew without restraint. I wonder whether, like us, they talked the world anew whilst walking about? For us, such windy days blow out cobwebs and foster new experiences and ambitious ideas.

    Il y a deux ans, en janvier, nous avions fait une promenade dans ce coin-ci (pas exactement la même parce qu’on adore explorer !) mais on y avait découvert un très joli moulin à vent**** .
    Two years ago in January, we had gone for a walk in that area (not quite the same walk, because we like exploring!) but we had discovered a very pretty windmill****.

    Le soleil se couchait, alors on s’était arrêtés un moment pour admirer ce splendide moulin d’où on avait une jolie vue sur les champs avoisinants.

    The sun was setting, so we stopped a while to admire this splendid windmill and from where you had an nice view over the neighbouring fields.




    Cette fois-ci, on s’est arrêtés pique-niquer un peu avant pour pouvoir avoir une vue imprenable sur le moulin. Sa silhouette de bois peint en blanc est décidément belle et le travail de restauration fait au fil des ans par des bénévoles passionnés est vraiment remarquable. Chapeau !
    This time, we stopped and had a picnic a little before that so as to have an impregnable view of the windmill. Its silhouette of painted wood is truly beautiful and the restauration work done year after year by passionate volunteers is quite remarkable! Hats off to them!



    Puis nous avons terminé notre tour et sommes rentrés à la maison, heureux et ébouriffés, et pleins d’idées excitantes pour l’avenir.
    Finally, we ended our tour of the area and headed of home, happy and windswept, and full of exciting ideas for the future.


    * Merci à Paul Oldham pour la carte opensource ‘/ Thank you to Paul Oldham for the opensource map: http://maps.the-hug.net/

    * Toulouse Ville Rose / Toulouse, Pink City: http://ow.ly/Y2W6b

    ** Bande sonore : Jane Birkin chantant La Gadoue  / Cue Jane Birkin singing La Gadoue (="The mud, the mud") - http://ow.ly/Y2VYx

    ***Association du Moulin d’Ashdon / Ashdon Windmill Trust : http://ow.ly/Y2XHD