Promenons-nous dans les bois...

Salut !

Aujourd’hui, comme il faisait un temps superbe ici à Cambridge, Stuart et moi sommes allés nous promener dans les bois. 

En se baladant, cette comptine m’est venue à l’esprit :


« Promenons-nous dans les bois,

pendant que le loup n’y est pas.

Si le loup y était,

il nous mangerait.

Mais comme il n’y est pas,

il nous mangera pas. »




Elle est intéressante pour plusieurs raisons.

D’abord, il existe des loups en France. 

Vous trouverez ici - http://ow.ly/I25N3098yAK - plus d’informations sur la présence de ce majestueux animal dans l’hexagone.


Ensuite, la prof en moi voit dans ce texte plein de richesses linguistiques.  

Suivez-moi donc pour une petite promenade linguistique…


« Promenons-nous dans les bois, » - impératif du verbe se promener. Inversion : verbe puis pronom personnel sujet avec un trait d’union entre les deux.

« pendant que le loup n’y est pas. » - pendant que est une conjonction intéressante.  y veut dire dans les bois
(Un petit coucou à Shirley, Diana et Paula qui ont bossé là-dessus cette semaine.)

« Si le loup y était, il nous mangerait. » - Tournure de phrase avec si + imparfait, conditionnel. Notez que, tandis qu’en anglais on peut dire “if… then…” , en français on ne dit pas « si…puis… » . La virgule (,) suffit.

« Mais comme il n’y est pas, » - Deux conjonctions intéressantes : mais et comme (=parce que ; car).

« il nous mangera pas. » - Dans la langue parlée de tous les jours, on abandonne souvent la première partie de la négation : le ne / n’.


Bon, voilà pour aujourd’hui. N’hésitez-pas à partager vos promenades avec moi.

Bon dimanche !
Agnès

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire